Le métier de traçabiliticien, expert en traçabilité

Interview de Jean-Luc VIRUEGA, expert en traçabilité à Montpellier

expert en traçabilité

Durabilis. Vous vous définissez comme Traçabiliticien®. Pouvez-vous nous présenter votre métier ?

Mon métier consiste à intervenir sur un système de traçabilité dans une structure, soit pour un problème technique de traçabilité ou résolvable par la traçabilité, soit pour améliorer les performances de cette structure ou pour appliquer une nouvelle contrainte réglementaire de traçabilité.

Durabilis.On fait généralement appel à vous lorsqu’il y a un problème, comme un docteur que l’on consulte lorsque l’on tombe malade. Mais n’est-ce pas souvent trop tard ?

Évidemment, mais la prévention des risques est un vœu pieu parfois. Ceci étant, ce n’est pas trop tard, même après, car malheureusement un problème lié à la traçabilité est un problème récurrent. Si le mal n’est pas traité à la racine, alors je peux (et même il serait nécessaire) intervenir après un problème pour éviter que cette situation ne se reproduise !

Durabilis. Quels sont les principaux secteurs d’activité où la traçabilité est essentielle et indispensable ?

Tout secteur a besoin de traçabilité et de mon expérience, je dirai que

les secteurs où la traçabilité est indispensable sont ceux où il y a une exigence réglementaire très forte : le secteur de l’alimentaire par exemple.

Mais celui de l’environnement n’est pas loin, ne serait ce que sur le plan des déchets où les obligations de traçabilité arrivent explicitement et à d’autres niveaux où des obligations de traçabilité existent implicitement (sans que le mot soit cité ou défini). Il y a aussi des secteurs où il est intéressant de mettre en place de la traçabilité et notamment en matière d’environnement, les expériences au sujet de l’affichage environnemental des produits et la notion d’ACV font appel à de la traçabilité à mon avis. Ce n’est pas une contrainte, mais plutôt une opportunité de valoriser des produits bien tracés (cf. conférence du 13 mai 2014).

Durabilis. Vous avez participé à

la coordination d’un important traité pratique de droit alimentaire réunissant les contributions de nombreux spécialistes : droit alimentaire, industrie agroalimentaire, science des aliments, nutrition,… Les interactions entre sciences et droit semblent de plus en plus fortes ?

Elles sont même nécessaire, car ni le juriste, ni le scientifique ou l’ingénieur ne peuvent gérer tout seul toutes les dimensions du droit alimentaire. C’est une démarche pluridisciplinaire qui me semble être aujourd’hui incontournable, d’où cet ouvrage unique en son genre qui a nécessité 3 ans de travail !

Durabilis. Régulièrement des crises sanitaires ou scandales liés à des erreurs voire des tromperies sur la marchandise font la Une de la presse. Malgré l’arsenal législatif et normatif, l’Humain serait-il le « maillon faible » de toute démarche qualité ?

Absolument pas !

C’est plutôt le modèle ou paradigme industriel actuel qui arrive à ses limites. Produire en masse, essayer de standardiser à l’extrême des produits vivants, globaliser les échanges conduit inévitablement à des fraudes et des crises, car l’inadéquation entre l’offre et la demande augmente. Par ailleurs, il y a tous les jours des produits pharmaceutiques au rappel et cela ne déclenche que très rarement une crise ! Le rôle des médias est ici ambiguë à mon avis…

jean-luc viruega traçabiliticien

Contact

Jean-Luc VIRUEGA
Expert en traçabilité et Docteur ingénieur en génie industriel
Montpellier, Hérault
Tél. +33 681 371 988

Propos recueillis par Jérôme Valina,
Juin 2014.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.