Le Parchemin, une ressourcerie en haute-vallée de l’Aude

Interview de Jérôme BARCELO, directeur de l’association Le Parchemin à Limoux, dans l’Aude

ressourcerie la Parchemin à Limoux

Propos recueillis en juin 2011

Durabilis. Le Parchemin vise l’insertion sociale et professionnelle par des actions de protection de l’environnement. Sur quel territoire intervient votre association ?

Le siège social, tous les ateliers de revalorisation et la boutique de l’association sont situés à Limoux alors que nos activités de collecte et d’entretien des berges de rivières se développent principalement sur tout le territoire de la moyenne et haute vallée de l’Aude. Des interventions peuvent néanmoins être réalisées sur des territoires plus éloignés. D’une manière générale, nous intervenons dans un rayon d’une heure de transport autour de Limoux.

Le Parchemin, pour son 20ème anniversaire compte 52 salariés dont 12 salariés permanents. L’association est conventionnée Atelier et Chantier d’Insertion (ACI) depuis 1995. A ce titre, en 2011 nous salarions 40 personnes pour la plupart bénéficiaires de minima sociaux, l’objectif étant de leur permettre de lever un maximum de freins pour accéder à un emploi durable. Les salariés des Chantiers d’Insertion bénéficient d’un accompagnement social et professionnel individualisé, accompagnement ancré dans une réalité professionnelle quotidienne.

Durabilis. Quelles sont les activités de la ressourcerie à Limoux ?

Outre l’accompagnement socio-professionnel qui occupe une place importante dans nos activités, les activités de production de la ressourcerie, le Parchemin se développent autour de quatre champs d’action :

  • le champ de  la collecte qui comprend le ramassage et la récupération des encombrants ménagers sur différents territoires (conventions avec des collectivités), la réalisation de débarras au profit de particuliers, entreprises, administrations, associations et la gestion/exploitation de la déchèterie intercommunale du canton d’Axat. Nous assurons par ailleurs des prestations de collecte du verre auprès de certains cafés de Limoux et la collecte des huiles de friture usagées produites par des cuisines collectives (maison de retraite, lycée par exemple) ;
  • le champ de la revalorisation couvre les activités de tri, de contrôle, de nettoyage, de réparation ou de démantèlement des objets collectés par nos équipes ou apportés directement sur notre site par des particuliers. Notre intervention consiste à valoriser autant que possible les matériels apportés ou collectés, la priorité est donnée au réemploi puis au recyclage. De plus, depuis maintenant 3 ans, nous revalorisons également des matériels en fin de vie au travers de notre atelier de création « Art récup » ;
  • le champ de la vente se développe au travers de notre boutique de Limoux accessible au grand public mais également au travers de nos relations commerciales avec des entreprises spécialisées dans le recyclage des matières (ferraille, métaux non ferreux, huiles, …) ;
  • celui de la sensibilisation de nos interlocuteurs, usagers, clients aux enjeux liés à la gestion et à la réduction des déchets.

Notons également notre intervention dans le domaine de l’entretien et la restauration des berges de rivières qui mobilise 9 salariés en chantier d’insertion et 1 encadrant technique.

Durabilis. Comment fonctionnent les ateliers et chantiers d’insertion : publics, contrats et financements ?

Tout d’abord, la structure doit obtenir un agrément Atelier et Chantier d’Insertion, agrément délivré par le CDIAE (Comité département d’Insertion par l’Activité Economique). Il s’agit d’un agrément le plus souvent annuel qui permet à la structure d’accueillir un nombre donné de bénéficiaires éligibles, de bénéficier ainsi de contrats aidés et de subventions pour assurer l’encadrement et l’accompagnement des publics accueillis.

Peuvent être accueillies en ACI toutes les personnes éligibles aux CUI CAE (Contrat Unique d’insertion / Contrat d’Accompagnement dans l’Emploi) sans autre type de distinction. Le plus souvent, les salariés accueillis au Parchemin sont des personnes bénéficiaires du RSA, des demandeurs d’emploi de longue durée, des personnes détentrices d’une reconnaissance de travailleur handicapé.
Avant l’entrée en chantier, les candidats suivent une procédure de recrutement classique (CV, lettre de motivation, entretien d’embauche) au cours de laquelle nous vérifions les conditions d’éligibilité au contrat aidé, l’adhésion de la personne à l’accompagnement social et professionnel et sa capacité à assumer les taches demandées sur le poste à pourvoir. Les contrats de travail sont conclus entre la structure et le bénéficiaire pour une durée de 6 mois renouvelable 3 fois (à certaines conditions) et sur un volume horaire hebdomadaire de 26 heures.

Le financement du dispositif est assuré par des aides aux contrats des salariés, par des financements d’Etat (via la DIRECCTE), par le Conseil Général de l’Aude (dans le cadre du Programme Départemental d’Insertion) et par le village des initiatives FSE. L’ensemble de ces aides constituent environ 75% des ressources annuelles de notre association, les 25% restants provenant essentiellement du chiffre d’affaires de nos activités (ventes et prestations de services).

Durabilis. Depuis la création du Parchemin, combien de personne ont participé aux chantiers ?

Il est difficile de répondre à cette question sans se replonger dans nos archives. En revanche, au cours des cinq dernières années, nous pouvons retenir une moyenne de 45 salariés entrés et sortis par an. Nous arrivons ainsi sur cette période à environ 225 bénéficiaires… Je vous laisse faire un calcul approximatif sur 15 ans !

Durabilis. Quels métiers et services recouvrent vos activités ?

Nos activités recouvrent un large éventail de métiers tels que ceux de la collecte, de la livraison, de la vente, ou encore de la menuiserie, de la réparation de matériel électroménager, des métiers du tri, la bouquinerie et d’accueil du public. Il convient cependant de noter que l’accompagnement professionnel des bénéficiaires des ACI en vue d’une sortie du chantier d’insertion n’est pas exclusivement calqué sur les métiers proposés au sein du Parchemin. Autrement dit, un bénéficiaire affecté sur un poste de chauffeur manutentionnaire peut bénéficier d’un accompagnement professionnel individuel orienté vers un métier différent de celui de chauffeur.

Durabilis. Comment envisagez-vous l’avenir du Parchemin dans les 3 à 5 années à venir ?

Précaire et prometteur !
Précaire tout d’abord car les difficultés financières rencontrées par l’Etat et les collectivités se manifestent au travers des logiques de réduction budgétaires qui touchent également le secteur de l’insertion par l’activité économique. Des incertitudes importantes planent sur la pérennité des financements publics qui je le rappelle représentent 75% de nos ressources.
Pour autant, il est de plus en plus fréquemment rappelé que les politiques d’insertion par l’activité économique génèrent d’avantage de ressources qu’elles n’en consomment. C’est cette prise de conscience collective conjuguée à l’amorce de la modification des  approches  individuelles et institutionnelles en matière de gestion et de réduction des déchets qui laisse entrevoir un avenir prometteur pour Le Parchemin.
Le mouvement de professionnalisation de nos activités engagé depuis plusieurs années nous a outillé pour devenir un acteur important de réduction des déchets et d’ancrer durablement l’action de notre structure d’économie sociale et solidaire sur le territoire audois.

Contact
Jérôme BARCELO, Directeur
Association Le Parchemin
Z.A. D’Occitanie, 11300 Limoux – FRANCE

Propos recueillis par J. Valina, Juin 2011
La rédaction de Durabilis


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.