Golgemma, producteur d’huiles essentielles

Golgemma, une entreprise audoise qui sillonne le monde

Interview de Patrick COLLIN, directeur de Golgemma – Mars 2009

Spécialisée dans la production et le négoce d’huiles essentielles Bio, d’hydrolats et d’huiles de macération, Golgemma produit depuis la Haute-Vallée de l’Aude et importe depuis le monde entier : Madagascar, Tunisie, Maroc, Égypte, Paraguay, Canada, Espagne,…

Durabilis magazine. Vous dirigez depuis 1991 GOLGEMMA, entreprise audoise qui produit et fait du négoce international d’huiles essentielles (HE) et de P.A.M.- épice en bio. Quelle a été l’origine de ce projet d’entreprise et vos spécialités commerciales ?

Mon associé Jean-Claude PICHOT et moi-même sommes issus du monde de l’aromathérapie des années 1980. Nous agissons à tous les niveaux de la filière et ceci depuis nos débuts.
Production ou cueillette de PAM, distillation mais aussi formations, cours, et éventuellement formulation pour nos clients. Nous ne faisons que du vrac ou petit vrac et commercialisons environ cinquante-deux tonnes d’huiles essentielles dans l’année (chiffres 2008). Nous proposons plus de deux cents références différentes, provenant du monde entier.
Nous commercialisons dans les différents secteurs concernés par ces produits : l’industrie cosmétique, l’industrie alimentaire et l’industrie pharmaceutique.
Dès le départ nous avons orienté notre activité autour de la production et de la commercialisation de produits bio et labellisés selon le règlement européen. Nos produits leaders sont les HE provenant de Madagascar (‘Ylang, Niaouli, Ravintsara, Patchouli, palmarosa, lemongrass,…), du Paraguay, (petitgrain,verveine, menthes). Mais nous importons aussi beaucoup d’Égypte, du Guatemala, d’Argentine, du Canada, d’Afrique du Sud, d’Indonésie, etc. En Europe nos principaux partenaires sont en Espagne, Hongrie et Bulgarie.

Durabilis magazine. Vous avez noué des coopérations avec des producteurs d’une vingtaine de pays. Comment vous y prenez-vous pour établir de nouveaux partenariats commerciaux à l’international ?

Les partenariats sont établis après une première expérience, puis des visites et enfin une parfaite entente entre tous les partenaires : producteur, exportateur et nous, tout ceci sous contrôle bio.

Durabilis magazine. Quels sont vos critères de sélection ?

Le premier critère de sélection et la qualité de la matière première, sans cela il n’y a pas de commerce possible. Ensuite les relations humaines se construisent à travers les visites, les conseils. Et ce en tenant compte aussi des impératifs de chacun des pays.

Durabilis magazine. Vous vous engagez dans un processus de responsabilisation sociale de votre entreprise (RSE). Quelles sont les étapes de cette démarche
managériale durable ?

Nous avons dans un premier temps fait une formation pour les dirigeants et le service des achats. Cela afin d’acquérir les fondamentaux de la démarche. Nous avons essayé d’élaborer un référentiel RSE, à revoir. Et nous avons présenté le projet à toute l’entreprise.
Nous engageons maintenant un stagiaire, ingénieur, en formation RSE, pour quatre à six mois afin de formaliser notre projet. Sa mission est de mettre en place les outils permettant d’inclure la démarche RSE dans chacune des actions de l’entreprise, et d’aboutir à un référentiel d’autoévaluation de toutes nos démarches.

Durabilis magazine. Après avoir créé seize emplois sur le secteur de la Haute vallée de l’Aude, décrit comme en « déprise économique », quelles sont vos perspectives de développement et souhaits pour professionnaliser et déployer localement la filière P.A.M. en bio ?

Nous avons deux gros chantiers en route :

  • Mettre en production environ cent hectares de PAM régionales, dans les Corbières ou l’Aude en général : romarin, aspic, thym vulgaire, hélichryse, sauge officinale,… sont les plantes à faire pousser dans notre région. Nous faisons cela en partenariat avec Arcadie, entreprise d’Alès (Gard), intéressée par les épices et PAM séchées.
  • L’autre grand chantier est la construction de locaux répondant aux normes européennes. L’installation est prévue sur la Zone d’Activité de Luc-sur-Aude : bâtiments HQE et salles aux normes pour la vente de matières premières à usage pharmaceutique

Complément :
Compte-rendu de la visite de l’entreprise Golgemma organisée par le Club Entreprendre en haute-vallée de l’Aude, à Luc-sur-Aude le 17 mai 2013.

Propos recueillis en mars 2009,
par Jérôme Valina


Poster votre commentaire