Durabilis n°7 : la filière bois-énergie

Dossier spécial sur la filière bois-énergie

Numéro paru en novembre 2008 et désormais librement téléchargeable en ligne.

« Il plantait des chênes. Je lui demandais si la terre lui appartenait. Il me répondit que non. »
Jean Giono, L’homme qui plantait des arbres.

L’Édito

One Day… I have a Dream
Malgré l’importante crise alimentaire et le yo-yo du système financier mondial, souvent la « récolte » infructueuse et désastreuse de certains spéculateurs, au mieux irresponsables, au pire simplement cupides et « désincarnés » ; Malgré les montagnes russes que suit le cours du pétrole, rendant tantôt rentables tantôt moins compétitives des énergies nouvelles et renouvelables, etc.

Et bien malgré tout, il semble qu’il y ait des raisons d’espérer en l’avenir… Ensuite c’est au pied du mur que l’on voit les bâtisseurs, que chacun de nous, tente, à son échelle, éphémère, de marquer le monde d’une trace utile pour la communauté des Hommes. Et cela, pas dans un « autre » monde, imaginaire, mais bien dans celui qui nous est donné et que nous faisons, chaque jour, ici et maintenant, par nos attitudes, nos comportements à l’égard des Autres, du Bien Commun.

On n’a pas de pétrole, mais on a des forêts
D’après l’Inventaire forestier national(1), la surface des forêts françaises métropolitaines avoisine les seize millions d’hectares. Elle a quasiment doublé depuis la deuxième moitié du XIXème siècle. Donc la forêt progresse, quantitativement. Mais quelles sont les essences, les arbres qui composent ces boisements, publics et privés ? Pour quels usages et finalités ?

Qu’en est-il de l’arbre bocager ou encore de l’arbre agroforestier de plein champ ? Tout autant de questions qu’il vaudra la peine d’aborder dans un futur dossier dédié à la foresterie française et ses métiers… Car de ces pratiques sylvicoles dépendent de nombreuses filières d’exploitation et de transformation dont une nous intéresse dans ce dossier : le bois énergie.

Le bois énergie : bio-énergie renouvelable si forêt durable
Le bois énergie est une bioénergie utilisant la biomasse élaborée dans le bois. Tout au long des témoignages de ce dossier vous découvrirez les différentes formes de ce bois énergie comme les bûches, les granulés, les plaquettes forestières, la sciure,… Et des exemples variés d’usages, notamment en chauffage collectif ou industriel : école, crèche, bâtiments inter-communaux, bâtiments d’entreprises, piscine, … A découvrir aussi des cas concrets de transferts technologiques pour les pays du Sud comme le four Vattanak ou la cuisinière multifonction au Maroc.

Des emplois en forte progression
Une étude ministérielle(2) sur les emplois, directs (chaîne de production et d’exploitation) et indirects (sous-traitance du machinisme et de la maintenance des équipements, du transport par exemple), de la filière bois énergie a recensé 47860 emplois en 2000 et  près de 60000 en 2006. Au niveau des profils de postes, il n’y a pas véritablement de « nouveaux métiers » mais plutôt des spécialisations au sein de métiers pré-existant : chauffagiste, bureaux d’études, exploitants forestiers, logisticiens, énergéticien… Tendance d’ailleurs assez générale dans les métiers dits de l’environnement où les cœurs de métiers restent inchangés mais acquièrent des savoir-faire nouveaux ou perfectionnent leurs pratiques habituelles pour des applications environnementales : éco-conception (prochain dossier de Durabilis), démarches qualité, management,…

Circuits-courts à tout prix, la tentation du développement bocal ?
A l’heure de certaines méfiances et crispations, assez compréhensibles, à l’égard du phénomène « Mondialisation », il serait dommageable d’en conclure pour autant que seul le repli sur soi serait la vraie bonne alternative. A moins d’adopter le développement « bocal », une mort culturelle ! Il parait néanmoins nécessaire de raccourcir les circuits quand cela a du Sens localement, assure une qualité de vie, et engendre ou pérennise des emplois sur les territoires. Le commerce mondial, la Route des Epices ne datant pas d’hier (épices a donné « espèce », la monnaie pour échanger, donner le change), l’Homme a sans doute ce besoin, proprement humain de commercer, un prétexte pour communiquer ?

Jérôme Valina.

Télécharger Durabilis magazine n°7
Prochainement disponible


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.