Créer son activité agri-rurale dans l’Hérault avec Terres Vivantes

Yvan Garel, directeur de l’association Terres Vivantes, répond aux questions de Durabilis magazine sur l’accompagnement à la création d’activités agri-rurales en Languedoc-Roussillon

Durabilis. Votre association TERRES VIVANTES implantée dans l’Hérault et les Pyrénées-Orientales a pour objet la création d’activité agricole en milieu rural. Quelle est la situation actuelle de l’emploi agricole sur ces territoires ?

La petite entreprise ne connaît pas la crise ! Être paysan c’est diversifier ses sources de revenu. La grande leçon des années productivistes c’est le non à la mono-production. Nous sommes partis de très bas dans les années 90 avec un taux d’installation au plus bas ou la profession n’arrivait pas à se renouveler.

Aujourd’hui les installations innovantes hors dotation d’installation aux jeunes agriculteurs (DJA) sont de plus en plus importantes. La deuxième leçon a été un besoin de retour à une alimentation de qualité qui a fait des consommateurs des acteurs à l’animation des territoires par la création de boutiques, d’Amap (Associations pour le maintien d’une agriculture paysanne), de marchés paysans..

Solidarité rurale - Photo Terres Vivantes

Durabilis. Que proposez-vous concrètement à un porteur de projet d’installation agricole ?

Du fait de nos conventionnements l’accompagnement est gratuit, plusieurs situations peuvent se présenter : pas de foncier, pas de financement. La personne en charge de l’accueil du public fait le point avec le porteur de projet. Il est introduit dans le réseau : de fait nous ne sommes pas exclusivement un guichet et nous mettons en lien les porteurs de projet entre eux par le biais de journées d’entraide, de visites d’exploitation, de formations, de notre journal, du site…
Bref, tout ce qui peut créer du lien social. Après son installation, nous continuons à le suivre et certains intègrent même le Conseil d’Administration de Terres Vivantes.

Durabilis. Quels sont vos moyens d’intervention ?

D’abord depuis 1998, notre action permet au public que nous accompagnons de bénéficier d’un accompagnement gratuit ce qui n’était pas le cas auparavant. Nous sommes à l’origine de la création du Crédit à l’Initiative Agrirural de l’AIRDIE et cela leur permet d’être soutenu financièrement. Par ailleurs, nous effectuons des diagnostics pour le compte de la Région Languedoc-Roussillon.
Depuis 2011 Terres Vivantes bénéficie du soutien du fond social européen (FSE) pour le projet : « Soutenir l’insertion par l’accompagnement à la création progressive d’entreprises agrirurales ». Cette opération s’inscrit dans le cadre du programme opérationnel : Compétitivité régionale et emploi (2007 – 2013) de la Politique de cohésion économique et sociale, de l’Union européenne sur l’axe 1 : adaptation des travailleurs et des entreprises aux mutations économiques sous mesure « 1.3.1-accompagnement des créateurs pour des repreneurs d’activités ».
Depuis 1998, date à laquelle notre système d’accompagnement s’est mis en place, le panel des interventions a donc bien évolué et de nombreuses structures nous imitent aujourd’hui.

Durabilis. Quels sont vos publics privilégiés et les conditions pour bénéficier de l’accompagnement de votre association ?

De part ses conventionnements, elle reçoit le public allocataire du Revenu de Solidarité Active (RSA), les demandeurs d’emploi et les salariés en reconversion sans oublier que Terres Vivantes soutient toute initiative et tout projet qui s’inscrit dans une démarche créatrice d’emplois, solidaire et respectueuse de l’environnement : la maison est toujours ouverte !

Durabilis. Auriez-vous un exemple d’installation d’agriculteur particulièrement réussie ?

Non je n’arriverai pas à choisir, beaucoup sont devenus des amis !
Depuis 15 ans, Terres vivantes accompagne des porteurs de projets agricoles ou ruraux. Un travail d’enquête et d’analyse portant sur l’ensemble créateurs a été conduit afin d’évaluer la viabilité des entreprises créées et de porter un regard sur l’évolution supposée de l’accompagnement : parcours vers la création et modes de financement des projets.
L’étude réalisée par Julie Inghilleri sur le devenir des personnes qui ont été accompagnées par Terres Vivantes et sur l’évaluation des moyens et méthodes mis en œuvre dans l’accompagnement de projets en milieu rural depuis 1998.

Durabilis. Avec votre expérience de terrain sur plusieurs années, quelle est la tendance actuelle : nature des porteurs de projets, nature des projets agricoles ?

Le maraîchage reste en pointe au niveau des installations avec une montée de l’équin et globalement tout ce qui tourne autour de l’élevage (volaille, chèvre, ovin, lama…). Une nouvelle filière apparaît, la spiruline (ah il faut demander à un technicien de monter une nouvelle filière : « je ne sais pas faire ! »). A Terres Vivantes, nous ne sommes pas peu fiers d’avoir accompagné cette filière est d’être arrivé au bout !
La deuxième tendance est l’apport de la femme en agriculture et cela est une très bonne chose.

Le portrait de Odile Sarrazin : oliviers, raisin et maraichage à Marseillan (Hérault) accompagnée par Terres Vivantes

Le travail de fond et notre expérience nous ont amené à répondre aux sollicitations internationales. Des associations ont en effet souhaité établir un partenariat avec Terres Vivantes :
– l’association de la promotion des produits de la region de Prekmurje en Slovènie dans le cadre du programme européen Léonardo Da vinci
– les Amis de la Terre Moyen-Orient, pour la coopération transfrontalière «Bassin Maritime Méditerranée» inscrit dans le cadre de la Politique Européenne de Voisinage.
– l’Agence ACIM – Agence pour la Coopération Internationale et le Développement local en Méditerranée nous demandé de nous charger du volet rural de son projet avec l’Union Tunisienne de Solidarité Sociale, UTSS.

Durabilis. Quels conseils donneriez-vous à un porteur de projet en agriculture ?

La plupart des porteurs de projet ne sont pas issus du milieu agricole il faut donc du réseau, du réseau, du réseau, du réseau…

Contact : Garrel Yvan
Directeur de l’association Terres vivantes
34800 Clermont l’Hérault – France

Propos recueillis le 30/12/212 par Jérôme Valina,


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.